Séminaires 2015-2016

Bloc A : séminaire intégrateur

ARTH809 (Concordia) Automne 2015 : partie 1 de 2
ARTH810 (Concordia) Hiver 2016 : partie 2 de 2

Problématiques actuelles de histoire de l’art :
Art history and its methodologies

Note : il est obligatoire de suivre les deux parties du séminaire dans la même année académique

Horaire :
Mercredi 14h-17h
Débute le 9 septembre

Inscription :
Étudiant.e.s de Concordia, à votre département; étudiant.e.s des autres sites via CRÉPUQ

Local :
Université Concordia, EV.3.760

Professeure :
Martha Langford

Description

Le séminaire a deux objectifs. Premièrement, faciliter l’intégration des nouveaux doctorants. Deuxièmement, permettre aux participants de développer leur projet de recherche principal. Ainsi, ils suivront les étapes – conceptualisation, critique, analyse et organisation – qui forment la base de l’admission des candidats au programme. De même, ils ébaucheront leur « travail d’atelier », ou projet de thèse. Quand ils termineront leur deuxième année, celui-ci sera soumis au comité des étudiants au doctorat.

Le premier objectif − l’intégration − comporte deux volets : l’individuel et le collectif. Chaque participant est amené à mieux comprendre les différences entre le diplôme de maîtrise qu’il a décroché et le doctorat, étape actuelle de son parcours. Cette compréhension se fait en collaboration, au sein de la cohorte. Le passage de la maîtrise au diplôme terminal d’histoire de l’art ne se caractérise pas seulement par le respect d’exigences plus strictes. Il requiert aussi des candidats qu’ils précisent leurs objectifs de recherche, qu’ils apprennent à les communiquer et à les défendre, et qu’ils se familiarisent avec d’importants outils qui définissent et enrichissent l’érudition : autoévaluation introspective, évaluation par les pairs et travail d’équipe. L’objectif d’intégration porte ensuite sur les notions de mission et d’esprit communautaire : le participant doit considérer et remettre en question les modèles qu’il a jusqu’à présent adoptés. Dans une étape subséquente intitulée « les incontournables », des textes qui ont inspiré individuellement les étudiants sont soumis à l’analyse collective. Ce processus permet de consolider la cohorte. En effet, non seulement les étudiants sont informés des projets de leurs pairs doctorants, mais ils constatent aussi le cumul de leurs pratiques savantes. Cette approche encourage la pensée interdisciplinaire et la prise de risques dans le confort de la cohorte.

Le second objectif consiste à établir les fondements de la thèse. Cette étape fait appel aux systèmes de méthodologie, d’historiographie et de théorie; elle permet de clarifier leurs liens et d’assigner une première et redoutable tâche à l’étudiant : conceptualiser et ébaucher son projet de thèse. Les problèmes rencontrés constituent aussi des exigences : déterminer et délimiter un corpus; trouver le bon équilibre entre les objets de recherche, les documents principaux et la théorie; développer et structurer une contribution originale au savoir, qui occupe une place claire dans le discours. Ces questionnements s’apparentent aux problèmes abordés les années précédentes et profitent de l’expérience d’étudiants plus avancés, notamment ceux qui remettent leur thèse au forum doctoral ou qui effectuent leur soutenance. La participation aux deux séances du forum doctoral (automne et printemps) est obligatoire pour les membres du présent séminaire, puisqu’elle alimentera leur analyse de l’érudition actuelle ainsi que leurs propres objectifs. Les participants bénéficient également des conseils de professeurs invités durant le second trimestre pour discuter de la recherche doctorale et de sa diffusion par publication et enseignement. Ils abordent, entre autres, la constitution de réseaux de recherche et la place du travail individuel dans le contexte de la recherche collaborative.

Ce séminaire est soumis à deux conditions émises par ses concepteurs :

- il ne doit pas affecter la relation privilégiée entre l’étudiant et son directeur de thèse. Par exemple, la sélection du texte proposé peut se faire en consultation avec ce dernier. Le renforcement offert par la cohorte et l’accès à d’autres professeurs vise à enrichir les processus fondamentaux du programme;

- il adopte une structure et une atmosphère bilingues. Les participants s’expriment librement en français ou en anglais dans le cadre de présentations orales, de débats en classe, de travaux écrits et de correspondance, y compris avec l’animateur de séminaire.

Bloc B : séminaires de recherche

Automne 2015

ARTH803 (Concordia)

Writings on Art:
Shame on me! Historiography, Queer Theory and the Disciplinary Limits of Art and Design History

Horaire :
Lundi 14h-17h
Débute le 14 septembre

Local :
Université Concordia, EV.3.760

Inscription :
Étudiant.e.s de Concordia, à votre département, les autres étudiant.e.s, via CRÉPUQ

Professeur :
John Potvin

Description

How has Art and Design History responded to queer interventions?

Have both disciplines responded in similar, overlapping or divergent ways?

What are the limits of queer theory in its application to histories and (other) theories of art and design?

What limits do the disciplines of art and design history impose on queer theory as it has evolved to date?

How has the more recently adopted notion of ‘queer shame’ impacted the institutional and intellectual limits of art and design theory?

How might we (re)think queer futures through art and design practices of the past and present?

Has queer theory reached its untimely end, a victim of trendiness in the academy? Or, does it, can it, continue to provide a provocative means to critically and politically engage with cultural production?

Artists, historians, critics and activists alike have long criticized art and design histories’ protracted silence vis-à-vis sexuality, queer issues and in particular the HIV/AIDS crisis. While the methodological and theoretical questions precipitated by queer theory emerged in the late 1980s/early 1990s (largely as a result of the crisis), they respond, nevertheless, to the cultural production of all periods and regions. The first, and rather elemental, goal of the course is to begin at the beginning, by going back to the origins of queer theory and exploring key moments in its intervention in these two intersecting disciplines. While a number of significant texts have impacted art theory and history, design studies, on the other hand, has been painfully sluggish to take up the question of sexuality and queer theory, decidedly absent from the discipline’s so-called ‘future directions’. Shaming and closeting have thus far played a powerful role in institutional homophobia, both in and out of the academy. At the heart of this praxis is a deep-seated cultural and social fear of effeminacy, even within the gay and lesbian and queer communities. In a conversation with John D. Ehrlichman and H. R. Haldeman in 1971, then US President Richard Nixon infamously declared: ‘But it’s not just the ratty part of town. The upper class in San Francisco is that way. The Bohemian Grove, which I attend from time to time–it is the most faggy goddamned thing you could ever imagine, with that San Francisco crowd. I can’t shake hands with anybody from San Francisco. Decorators. They got to do something. But we don’t have to glorify it’. Regardless of his intention, the quote nevertheless points to a common (still prevalent) cultural trope that conflates certain key aesthetic professions not only with homosexuality, but more exactly with effeminacy. The course will challenge and unpack the notion of a queer aesthetic sensibility and the role effeminacy has taken in queer critique.

Bibliography

AHMED, Sara. ‘Orientations: Toward a Queer Phenomenology’. GLQ: A Journal of Lesbian and Gay Studies Volume 12, Number 4 (2006).

BETSKY, Aaron, Queer Space: Architecture and Same-Sex Desire, New York, William Morrow, 1997.

BRYSON, Norman. ‘Todd Haynes’s Poison and Queer Cinema’. In[ ]visible Culture: An Electronic Journal  for Visual Studies (1999). www.invisibleculture.com

BUTT, Gavin. Between You and Me: Queer Disclosures in the New York Art World, 1948–1963. Durham: Duke University Press, 2005.

CAMILLE, Michael. Other Objects of Desire: Collectors and Collecting  Queerly. Oxford: Blackwell, 2001.

DAVIS, Whitney. Gay and Lesbian Studies in Art History. New York: Haworth Press: 1994.

DAVIS, Whitney. Queer Beauty: Sexuality and Aesthetics from Winckelmann to Freud and Beyond. New York: Columbia University Press, 2010.

DE LAURETIS, Teresa. ‘Queer Theory, Lesbian and Gay Studies: An Introduction’ differences 3. 2 (1991).

FOUCAULT, Michel. History of Sexuality, Volume 2: The Uses of Pleasure. New York : Vintage Books, 1990.

FOUCAULT, Michel. ‘Friendship as a Way of Life’, in P. Rabinow (ed.). Ethics: Subjectivity and Truth: The Essential Works of Michel Foucault, Volume One. New York : The New Press,1997.

HALPERIN, David. Saint Foucault: Towards a Gay Hagiography. New York and Oxford: Oxford University Press, 1995.

HALPERIN, David. How to be Gay. Cambridge, MA: Belknap Press of Harvard University Press, 2012.

HALPERIN, David M. and Valerie TRAUB (eds.), Gay Shame. Chicago and London: University of Chicago Press, 2009.

HOCQUENGHEM, Guy. Le Désir Homosexuel/Homosexual Desire. Durham: Duke University Press, 1993 [Fr 1972; Eng.1978].

LORD, Catherine and Richard MEYER. Art and Queer Culture. London: Phaidon Press, 2013.

POTVIN, John. ‘Introduction’ and ‘Conclusion’. Bachelors of a Different  Sort: Queer Aesthetics, Material Culture and the Modern Interior. Manchester and New York: Manchester University Press, 2014.

REED, Christopher and Christopher CASTIGLIA. If Memory Serves: AIDS, Gay Men and the Promise of the Queer Past. Minneapolis: University of Minnesota  Press, 2011.

RUFFULO, David V. ‘Post-Queer Mappings’ and ‘Schizo-Academia’ in Post-Queer Politics. Farnham and Burlington: Ashgate, 2009.

RUBIN, Gayle. ‘Thinking Sex: Notes for a Radical Theory of the Politics of Sexuality’, in Carole Vance (ed.). Pleasure and Danger. New York: Routledge, 1984.

SANDERS, Joel (ed.). Stud: Architectures of Masculinity. Princeton: Princeton Architectural Press, 1996. ‘Curtain Wars: Architects, Decorators, and the 20th-Century Domestic Interior’. Harvard Design Magazine (Winter/Spring 2002): 14-20.

SEDGWDICK, Eve K. Epistemology of the Closet, Berkeley, University of California Press, 1990.

WARNER, Michael. Fear of a Queer Planet: Queer Politics and Social Theory. Minneapolis: University of Minnesota  Press, 1993.

HAR7004A (Université de Montréal)

Études formelles et sémantiques :
Object/Thing, Objet/Chose. Nouveaux regards sur les objets de l’art   

Horaire :
Mardi 16h-19h
Débute le 8 septembre

Local :
Université de Montréal, C-2117

Inscription :
Étudiant.e.s de l’Université de Montréal, à votre département; étudiant.e.s des autres sites via CRÉPUQ

Professeure :
Sarah Guérin

Description

« In small museum houses the past is preserved within objects as souls are kept in their earthen bodies, and in that awareness I found a consoling beauty that bound me to life. »
                - Ohran Pamuk, The Museum of Innocence (2008), p. 500.

Les historiens de l’art sont parmi les mieux placés pour agir dans un cadre théorique défini comme ‘post-humaniste.’ La naissance d’un nouveau « chosisme» (« thing theory ») replace au centre de notre discours les objets de l’histoire, non pas seulement l’objet d’art comme synonyme des arts décoratifs, ni uniquement une histoire de l’art technique concernant l’étude approfondie de la matérialité des supports, mais en outre un différent mode de penser qui envisage le pouvoir des objets et leur capacité à influencer l’humanité. Abordant la pensée théorique de Gell, Latour, Heidegger, Fried et Kristeva, entre autres, nous aborderons dans ce séminaire une variété d’approches envers les « choses » de caractère artistique. La sélection de thèmes hebdomadaires inclura : le charme, l’utile, l’abject, les roches, la flore, un soulier et l’automate. Le séminaire présentera des œuvres d’art de différentes périodes historiques et d’origines géographiques variées. Les étudiants seront encouragés à développer des projets individuels basés sur des cas particuliers. Le cours se déroulera en français et en anglais.

Bibliographie

APPADURAI, Arjun, dir. The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective (New York & Cambridge: Cambridge University Press, 1986).

BARTHES, Roland. « Des joyaux et des bijoux », Jardin des arts, 77 (1961) : pp. 2-14. [Anglais : « From Gemstones to Jewellery », The Language of Fashion, trad. et dir. Andy Stafford et Michael Carter (London: Bloomsburg Academic, 2009).]

BENNETT, Jane. Vibrant Matter: A Political Ecology of Things (Durham: Duke University Press, 2010).

BROWN, Bill. « Thing Theory », Critical Inquiry, 28.1 (2001): pp. 1-22.

BROWN, Bill. « Objects, Others, and Us (The Refabrication of Things) », Critical Inquiry, 36. 2 (2010): pp. 183-217.

BROWN, Bill. « How to do Things with Things (A Toy Story) », Critical Inquiry, 24.4 (1998): pp. 935-964.

J. COHEN, Jeffrey. « Stories of stone », postmedieval: a journal of medieval cultural studies 1 (2010) : pp. 56–63.

FREEDBERG, David. The Power of Images: Studies in the history and theory of response (Chicago: Chicago University Press, 1989). [Français: Le Pouvoir des images, trad. Alix Girod (Paris : Monfort, 1998).]

FRIED, Michael. « Art and Objecthood » (1967), in Art and Objecthood: essays and reviews (Chicago: Chicago University Press, 2008).

GELL, Alfred. Art and Agency : An anthropological theory (Oxford: Clarendon Press, 1998). [Français : L'art et ses agents : une théorie anthropologique, trad. Sophie & Olivier Renaut (Bruxelles et Dijon : Les presses du réel, 2009).]

GELL, Alfred. « The technology of enchantment and the enchantment of technology », in J. Coote et A. Shelton, dir. Anthropology, Art and Aesthetics (Oxford: Clarendon Press, 1992), pp. 40-63.

HEIDEGGER, Martin. « De l'origine de l'œuvre d'art » (1935), Chemins qui ne mènent nulle part, trad. Wolfgang Brokmeier (Paris : Gallimard, 1962). [Anglais : « On the Origin of the Work of Art, » in Martin Heidegger: The Basic Writings (New York: HarperCollins, 2008), pp. 143-212.]

KANG, Minsoo. Sublime Dreams of Living Machines: The Automaton in the European Imagination (Cambridge, MA: Harvard University Press, 2001).

KRISTEVA, Julia. Pouvoirs de l’horreur (Paris : Éditions du Seuil, 1980). [Anglais : Powers of horror: an essay on abjection, trad. Leon S. Roudiez (New York: Columbia University Press, 1982).]

LATOUR, Bruno. « Irréductions » Les microbes : guerre et paix ; suivi de, Irréductions (Paris : A.M. Métailié, 1984). [English: “Irreductions,” in The Pasteurization of France (Cambridge MA: Harvard University Press, 1988)].

N.MILLER, Peter. dir., Cultural Histories of the Material World (Ann Arbor: University of Michigan Press, 2013).

SCHAPIRO, Meyer. “The Still Life as a Personal Object—A Note on Heidegger and van Gogh”, (1968) in Theory and Philosophy of Art: Style, Artist, and Society (New York: George Braziller, 1994).

H. SMITH, Pamela et Tonny BEENTIJES. « Nature and Art, Making and Knowing: Reconstructing Sixteenth-Century Life-Casting Techniques», Renaissance Quarterly 63 (2010): pp. 128–79.

Hiver 2016

HAR912K (UQAM)

Questions thématiques :
Histoire de l’art et authenticité

Horaire :
Mardi 14h-17h
Débute le 12 janvier

Local :
Université du Québec à Montréal, Pavillon Judith-Jasmin, local J-4255

Inscription :
Étudiant.e.s de l’UQAM, via votre Département; étudiant.e.s. des autres universités, via CRÉPUQ

Professeur :
Vincent Lavoie

Description

La notion d’authenticité a connu en histoire de l’art des usages variés et souvent contradictoires. Au XIXe siècle, l’attributionnisme fait de l’authenticité un gage de singularité de l’œuvre d’art après que le romantisme l’eut marquée d’une sincérité auctoriale et que le réalisme l’ait indexé d’une éthique du sujet. Le futurisme lui attribuera un impératif politique, le modernisme en confirmera la valeur morale en lui prêtant une sincérité confinant au purisme, le postmodernisme en fera le point de mire de sa critique déconstructiviste jusqu’au culturalisme pour qui il sera l’indésirable avatar d’un « régime de vérité » devenu obsolète. Préservée ou pourfendue, la notion d’authenticité demeure un puissant révélateur de valeurs artistiques, philosophiques et sociales constitutives des principaux discours critiques sur l’art. Culte du fragment autographe, procès de Brancusi, controverses photojournalistiques, statut des multiples en art moderne, fabrication de l’inauthentique en art contemporain, valeur de l’expérience dans l’art autochtone, l’authenticité, comme le suggèrent les études de cas figurant au programme de ce séminaire, est la principale notion à l’aune de laquelle étudier les attributs d’originalité, de savoir-faire, d’expertise, d’identité et de pouvoir. Ainsi que l’observe Nathalie Heinich, on assiste actuellement à « une profonde refonte de la question de l’authenticité telle qu’elle s’est imposée dans le monde de l’art au siècle dernier [XIXe siècle] », une refonte touchant aussi bien les critères de l’authenticité artistique (et ses protocoles de validation) que les fondements mêmes de la notion. Ce séminaire propose d’étudier les mutations de cette notion au cours de l’évolution de l’histoire de l’art depuis le XIXe siècle. L’analyse des principes présidant aux conceptions de l’authenticité visera à exposer la dimension épistémologique de cette notion qu’une littérature spécialisée en sociologie, anthropologie de l’art, esthétique et histoire de l’art s’emploie depuis quelques années à revisiter (Voir bibliographie).

Bibliographie

ARMSTRONG, Elizabeth, More Real? Art in the Age of Truthiness, Minneapolis, Minneapolis Institute of Arts, 2012, 303 p.

BAAZ, Maria Eriksson et PALMBERG, Mai, « Questioning 'Authenticity': The Case of Contemporary Zimbabwean Stone Sculpture », in Same and Other: Negotiating African Identity in Cultural Production, Stockholm, Nordic Africa Institute, 2001, p. 183-196.

BELTING, Hans, La vraie image : croire aux images ?, Paris, Gallimard, 2007, 288 p.

GOODMAN, Nelson, « Art and Authenticity », Languages of Art: An Approach to a Theory of Symbols, Hackett Publishing, 1976.

GINZBURG, Carlo, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989.

HEINICH, Nathalie, « Art contemporain et fabrication de l’inauthentique », Terrain, 33, 1999, p. 5-16.

HEINICH, Nathalie, « Le faux comme révélateur de l’authenticité », in De main de maître : l’artiste et le faux, sous la direction de Clément Chéroux et al., Paris, Hazan, 2009, p. 51-76.

LENAIN, Thierry, « Du culte des reliques au monde de l'art : Remarques sur la genèse de la critique d'authenticité », Marburger Jahrbuch für Kunstwissenschaft, 35, 2008, p. 67-85.

LENAIN, Thierry, « L’authenticité », Par-delà le beau et le laid. Enquêtes sur les valeurs de l’art, Rennes, PUR, 2014, p. p-21.

MICHAUD, Yves, « Critique de la crédulité », Études photographiques, n°12, novembre 2002, p. 110-125.

PHILLIPS, David, Exhibiting Authenticity, Manchester University Press, 1997.

QUINTON, Philippe, « Qu’est-ce qu’une image originale ? » in L'image sosie : l'original et son double, Actes du colloque, actes du 1er colloque international icône-image, Sens, 8-10 juillet 2004, Chevillon, Trois P. Plumes, Papiers, Pinceaux : Obsidiane, 2005.

STEPHAN Lucien, « Le vrai, l’authentique et le faux », Cahiers du musée national d’Art moderne, n° 36, « Signatures », 1991, p. 7-38.

THRILLING, Lionel, Sincérité et authenticité, Paris, Grasset, 1994.

WAJCMAN, Gérard, « L'image et la vérité », Savoirs et clinique, 2003/2 no3, p. 57-71.

HAR8002 (Université Laval)

Genres, disciplines, styles artistiques :
L’iconographie chrétienne : approches et ouvertures

Horaire :
Vendredi 14h-17h
Débute le 15 janvier

Local :
Université du Québec à Montréal, Pavillon Judith-Jasmin, local J-R535

Inscription :
Étudiant.e.s de l’Université Laval, à votre département; étudiant.e.s des autres universités, via CRÉPUQ

Professeur :
Robert Marcoux

Description

Déclinée sous sa forme narrative (récit) et conceptuelle (image, idée), l’iconographie chrétienne domine largement l’histoire de l’art occidental. Aussi, n’est-il pas étonnant qu’elle ait servi aux historiens de l’art pour explorer les possibilités et limites de leur discipline. Dans son volet rétrospectif, le séminaire vise à faire le point sur cette contribution en dressant un bilan critique des approches de l’iconographie chrétienne depuis les travaux d’Émile Mâle jusqu’à ceux de Hans Belting et Didi-Huberman, en passant par les propositions d’Erwin Panofsky, Louis Marin, Daniel Arasse et quelques autres. Parallèlement, le séminaire prend une dimension prospective en considérant les approches et champs qui s’ouvrent aujourd’hui à l’étude de l’iconographie chrétienne. Seront questionnés notamment l’apport de la philosophie contemporaine à l’analyse des récits néo- et vétéro- testamentaires, les traces, survivances et autres manifestations de l’iconographie chrétienne dans l’art contemporain et la culture populaire, les rapports ambivalents et contradictoires que la société « sécularisée » du XXIe siècle entretient avec le sacré, puis l’approche sérielle des images chrétiennes.

Éléments bibliographiques

AGAMBEN, Giorgio. Nudités. Paris : Rivages, 2009.

AGAMBEN, Giorgio. Pilate et Jésus. Paris : Rivages, 2014.

ARASSE, Daniel. Le sujet dans le tableau. Essais d'iconographie analytique. Paris : Flammarion, 1997.

BARBER, Charles. Figure and Likeness: On the Limits of Representation in Byzantine Iconoclasm. Princeton: Princeton University Press, 2002.

BASCHET, Jérôme. Iconographie médiévale. Paris : Gallimard, 2008.

BELTING, Hans. Image et culte. Paris : Cerf, 1998.

BELTING, Hans. La vraie image. Paris : Gallimard, 2007.

CAMILLE, Michael. « Mouths and Meaning: Towards an Anti-Iconography of Medieval Art », dans Iconography at the Crossroads, ed. Brendan Cassidy. Princeton: Princeton University Press.

DIDI-HUBERMAN, Georges. Fra Angelico. Dissemblance et figuration. Paris : Flammarion, 1990.

DIDI-HUBERMAN, Georges. L’image ouverte. Motifs de l’incarnation dans les arts visuels. Paris : Gallimard, 2007.

GRENIER, Catherine. L’art contemporain est-il chrétien ? Paris : Jacqueline Chambon, 2003.

Iconoclasme : Vie et mort de l'image médiévale. Catalogue de l'exposition, Musée d'histoire de Berne, Musée de l'Œuvre Notre-Dame, Musées de Strasbourg, 2001. Cécile Dupeux, Peter Jezler et Jean Wirth (dir.). Paris : Somogy, 2001.

KEMP, Wolfgang. Christliche Kunst. Ihre Anfänge, ihre Strukturen. Munich : Schirmer/Mosel Verlag, 1994.

MARIN, Louis. Sémiotique de la Passion : topiques et figures. Paris : Aubier, 1971.

NANCY, Jean-Luc. Visitation (de la peinture chrétienne). Paris : Galilée, 2001.

NANCY, Jean-Luc. Noli me tangere. Essai sur la levée du corps. Paris : Bayard, 2003.

STEINBERG, Leo. The Sexuality of Christ in Renaissance Art and in Modern Oblivion. Chicago: University of Chicago Press, 1983.

Réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP) (Université Laval)